NOSTALGIE EN VRAC

13 mars, 2010

SUR TON SAXO

Classé dans : poesie,poesie — charly @ 18:36

IL A TELLEMENT BU

L’AMI MARCO

SON SAXO

IL S’EST TU

FINI LA BOSSA NOVA

AND THE GIRL FROM IPANEMA

 

SUR TON SAXO

TON ALTER EGO

TON AME

JE VERSE MES LARMES

 

IL A BU TELLEMENT BU

L’AMI MARCO

SON SAXO IL L’A VENDU

FINI LA BOSSA NOVA

AND THE GIRL FROM IPANEMA

SUR TON SAXO 

TON ALTER EGO

JE VERSE MES LARMES

IL A BU, tTELLEMENT BU

L’AMI MARCO

SANS SON SAXO

JE NE L’AI PLUS RECONNU

FINI LA BOSSA NOVA

AND THE GIRL FROM IPANEMA

SOLITUDES ENTRELACEES

Classé dans : poesie,poesie — charly @ 18:24

 

 

C’est une bien banale histoire

De celles que tisse un monde sans espoir

Il n’avait besoin que de serrer une main

Peu importe qui la tienne demain

Elle ne désirait qu’un semblant de tendresse

Pour habiller sa détresse

La vie leur avait joué trop de tours

Qu’ils ne savaient plus rêver  au grand amour

C’est une bien banale histoire

De celles que ne retient pas la mémoire

Elle n’a donc aucune morale

Dont on se moque pas mal

Pourtant l’espace d’un instant

Quelqu’il puisse être insignifiant

Leurs solitudes entrelacées

Ont oublié leurs coeurs glacés

 

 

JUSTICE DE DIEU

Classé dans : poesie,poesie — charly @ 18:21

QUELLE EST DONC CETTE JUSTICE

QUI PAR PUR CAPRICE

D’UN VERDICT SANS RECOUR

CONDAMNE A AIMER SANS RETOUR

PEINE DE COEUR PERPETUELLE

LA MORT EST BIEN MOINS CRUELLE

 

QUELLE EST DONC CETTE JUSTICE

QUI SE MOQUE EN COULISSE

D’ UN CHAGRIN ENTENDU

DANS CETTE SALLE DES PAS-PERDUS

IMMENSE ET SI LAIDE: NOTRE MONDE

D’UN DESESPOIR QUI INONDE

DE LARMES TOUTES SES NUITS

POUR UN AMOUR ENFUI

 

C’EST ELLE : LA JUSTICE DE DIEU

QUI HASARD DE CRUELS YEUX

S’ABAT SUE UN HOMME

LUI IMPOSE,BETE DE SOMME

UN  TROP PESANT FARDEAU

ET DEJA PORTE PLUS LOIN SON FLAMBEAU

OH COMBIEN PEU GLORIEUX

VERS UNE VICTILE DE MIEUX

 

 

 

24 novembre, 2009

LA TETE QUI ECLATE

Classé dans : poesie,poesie — charly @ 20:11

Après de terribles  jours je mets enfin le nez dehors.La déprime de NOEL? non  la maladie m’avait cloué au lit.Mais l’air frais ne me soulage pas. Je n’avance plus. C’est comme si je grimpais une montagne et que l’oxygène commence à  me manquer.Je me suis réfugié dans mon cyber café. Je vais repartir chez moi je me sens pas bien.J’ai la tête qui éclate.

21 octobre, 2009

Classé dans : poesie,poesie — charly @ 18:18

NOSTALVRAC :

Nostalgie et vrac

L’envie , ou le besoin, au milieu d’une vie  de faire le point: amour passion , déchirure , amitiées brisées ,  poèmes ,enfance

Un peu n’importe comment mais en toute sincérité

 

 

 

 

 

LisezMoi |
Toute une histoire ... |
artave |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog irrégulier
| poete38
| jfzimmermann